Evolution et neutralité de Brussels Airlines

PR_HUMAN_EVOL_VISUAL_ANNOTATED_01_NL_FR

L’affiche d’une exposition du Muséum des Sciences Naturelles de Bruxelles
censurée par la compagnie aérienne SN Brussels Airlines.

Le 7 mai dernier était inaugurée la nouvelle « Galerie de l’Homme » au Muséum des Sciences Naturelles de Bruxelles. Celle-ci présente de manière concrète et interactive l’évolution de l’espèce humaine à travers les millénaires, et du corps humain, depuis notre conception jusqu’à l’âge adulte. Pour faire la promotion de sa nouvelle Galerie, le Muséum a réalisé une affiche représentant sept hominidés côte à côte, sous la forme d’un portrait de famille « impossible », en ce que ceux-ci n’auraient jamais pu se croiser historiquement. On y retrouve des espèces à peau noire ou blanche, de toutes tailles, hommes ou femmes, nus.

Comme à l’accoutumée lors du lancement d’une nouvelle exposition par le Muséum, Brussels Airlines était censé en assurer la promotion en publiant l’affiche dans son magazine « Inflight », distribué aux passagers à bord de ses avions. La compagnie aérienne belge a toutefois décidé de ne pas diffuser cette affiche, la jugeant potentiellement choquante ou offensante pour certains de ses clients.

La première raison invoquée par Brussels Airlines pour justifier ce refus polémique est la nudité présente sur l’affiche, pouvant être jugée inappropriée, notamment à l’égard des enfants présents à bord. Mais c’est surtout la deuxième justification fournie par la compagnie qui mérite une attention particulière : celle-ci considère l’affiche comme allant à l’encontre de l’image « neutre » qu’elle souhaite véhiculer, eu égard au caractère « potentiellement provoquant et offensant » de cette représentation « pour ses passagers noirs et musulmans » (1). Selon  Brussels Airlines, le contenu de la représentation, allié au fait qu’aucune explication n’accompagne la photo (2) , irait donc à l’encontre de sa politique de neutralité.

Avant de s’interroger sur le caractère fondé de ce raisonnement, il faut noter que cette explication de la compagnie renvoie au concept de « charte de neutralité d’entreprise », dont l’actualité des derniers mois et années nous a fourni plusieurs exemples sujets à polémiques. L’on se souviendra en particulier de l’affaire de la crèche privée française Baby-Loup, justifiant le licenciement d’une de ses employées notamment par l’incompatibilité de la volonté de cette dernière de porter un voile avec la charte de neutralité de la crèche vis-à-vis de l’expression des convictions religieuses.

L’on rappellera également les récentes tergiversations de la société de transports publics parisienne, la RATP, à l’égard d’une affiche faisant la promotion d’un concert caritatif de prêtres en faveur des Chrétiens d’Orient. Après avoir modifié dans un premier temps l’affiche apposée dans ses stations  en y supprimant la mention « pour les Chrétiens d’Orient » au nom du principe de « neutralité du service public » applicable à sa politique publicitaire, la RATP a finalement fait marche arrière en rétablissant cette mention, au vu de la controverse suscitée (4).

Un autre exemple d’application polémique d’une charte de neutralité par une compagnie aérienne est celui de l’affaire Eweida, touchant au refus de British Airways d’autoriser une hôtesse de l’air à arborer une croix chrétienne autour de son cou durant son travail, notamment en vol. La controverse judiciaire qui s’en est suivie s’est finalement close à Strasbourg, où la Cour européenne des droits de l’homme a, en l’espèce, privilégié la liberté individuelle de manifester sa religion au choix de British Airways quant à son image de marque (4).

Toutefois, là où ces dernières affaires – judiciaires ou non – soulèvent à chaque fois la question de la pertinence, voire de la légalité d’une charte de neutralité, telle qu’appliquée par une entreprise privée (assurant ou non un une mission de service public) face à la volonté d’un individu – employé ou cocontractant – de faire usage de sa liberté de manifester sa religion, les faits en cause dans le cas de Brussels Airlines sont relativement différents. La décision de la compagnie de refuser l’affiche ne s’appuie pas sur le refus d’une manifestation individuelle de la religion dans son magazine, mais bien sur l’appréciation par l’entreprise du risque de vexation que cette affiche ferait peser sur ses clients musulmans. Il s’agit dès lors d’une forme d’« autocensure » préalable dans le chef de la compagnie.

A cet égard, l’on notera le rapprochement effectué par le quotidien « Le Soir » entre cette affaire et le concept d’accommodement raisonnable . En réalité, de manière similaire à la « crise des accommodements » au Québec il y a une dizaine d’années, l’attitude de Brussels Airlines correspond moins au concept d’obligation juridique d’accommodement raisonnable (visant à lever une discrimination indirecte frappant un fonctionnaire ou un salarié) qu’à un « ajustement concerté » entre acteurs sociaux, c’est-à-dire à une initiative purement volontaire motivée par des considérations de courtoisie ou de retenue à l’égard d’une communauté, sans que cet ajustement ne soit basé sur une obligation juridique formelle de respect de la liberté de religion ou d’interdiction de la discrimination.

Il est en outre utile de préciser que le Muséum des Sciences Naturelles a refusé la demande préalable de Brussels Airlines de modifier l’affiche en question, indiquant que celle-ci correspond à une réalité scientifique non accommodable, à savoir la théorie de l’évolution. Comme le note le Professeur Mark Nelissen, une exposition scientifique ne saurait se voir opposé des convictions religieuses pour modifier le contenu scientifique de celle-ci, ou même simplement son affiche (5).

Au surplus, l’on notera que le personnage correspondant à notre espèce humaine actuelle, l’homo sapiens, est volontairement représenté avec une peau noire sur l’affiche, tandis que l’homme de Neandertal est de couleur blanche, le Muséum ayant par-là voulu expressément casser certains clichés en la matière (6). L’on peut également souligner la réaction du directeur du Musée de l’Afrique Centrale de Tervueren, Guido Gryseels, qui considère la décision de la compagnie comme « excessivement politiquement correcte » et inappropriée à l’égard d’une exposition d’un musée des sciences naturelles .

Enfin, il est intéressant de noter que le Muséum avait en réalité bien anticipé le contenu potentiellement choquant de sa nouvelle exposition permanente, par l’entremise d’un message d’avertissement affiché à l’entrée de celle-ci. Néanmoins, celui-ci fait référence non pas aux représentations de l’évolution humaine, mais bien aux organes et membres humains – certains étant reproduits, d’autres étant d’authentiques restes humains – exposés dans la seconde partie de l’exposition consacrée à notre corps humain actuel (7).

Léopold Van Bellingen
Collaborateur à la Chaire de droit des religions (UCL)

Notes

(1)  E. BERGMANS, « Brussels Airlines weigert affiche met zwarte oermens », De Standaard, 7 mai 2015 ; C. BIOURGE et A. MEEUS, « Une affiche de nos ancêtres jugée trop choquante pour Brussels Airlines », RTBF, 7 mai 2015.
(2) Cette dernière remarque peut également faire écho aux controverses judiciaires autour de l’album de bande-dessinée « Tintin au Congo », réalisé en 1931 par Hergé : la manière dont l’artiste avait, suivant la mentalité colonialiste de l’époque, représenté l’homme africain et sa relation avec le colon blanc dans cet album a suscité diverses plaintes pour racisme en Belgique et dans plusieurs pays anglo-saxons ces dernières années, visant notamment – ou subsidiairement à son interdiction – à faire introduire un bandeau d’avertissement explicatif au début de l’album : voir notamment D. COUVREUR, « Tintin au Congo définitivement blanchi », Le Soir, 5 décembre 2012.
(3) Sur les épisodes successifs de cette controverse, voir : « « Chrétiens d’Orient » supprimé des affiches RATP, une polémique en cinq épisodes », L’Express, 7 avril 2015
(4) Cour eur. D.H., arrêt Eweida et autres c. Royaume-Uni, 15 janvier 2013, req. n° 48420/10.
(5) S. VANDEKERCKHOVE, «“De Oermens ís naakt en zwart” », De Morgen, 8 mai 2015
(6) Voir le communiqué du Muséum suite à l’interdiction : R. VERBEKE, « Notre affiche expliquée », Muséum des Sciences Naturelles, 13 mai 2015.
(7)L’avertissement indique ainsi que « cette exposition contient des images et des objets qui pourraient être considérés comme choquants par certains. Le parti pris est de présenter tous les aspects de l’humanité. Les restes humains ont été traités dans le respect et la dignité ». Cette précaution rappelle les vives réactions suscitées par l’exposition ‘Our Body’ du docteur allemand Gunther von Hagens, représentant des corps humains plastinés dont l’origine a été sujette à des accusations de trafic de cadavres. L’exposition à Paris avait finalement été définitivement interdite à l’issue d’un arrêt du 16 septembre 2010, de la Cour de Cassation de France, au motif de la violation de l’obligation de respect, dignité et décence due aux restes des personnes décédées.



Dans la littérature belge récente (2015/1)

IMG_5572

 

  • AMEZ, F., « Le régime des cultes en région de langue française – Une nouvelle tutelle sur les établissements publics chargés de la gestion du temporel », R.R.S., 2014/2, p. 5-24
  • BERTOUILLE, Ch., LAMBRICKX, D., DEFLORENNE, X., Pour une gestion dynamique de nos cimetières, Bruxelles,  U.G.A., 2014
  • BREMS, E., « Face veil bans in the European Court of Human Rights: the importance of empirical findings » (2014) JOURNAL OF LAW AND POLICY. 22(2). p.517-551
  • BREMS, E., JANSSENS, Y., LECOYER, K., OUALD CHAIB, S., VANDERSTEEN, V., VRIELINK, J., « The Belgian ‘Burqa Ban’ confronted with insider realities (2014) The experiences of face veil wearers in Europe and the Law ». In Cambridge Studies in Law and Society p.77-124
  • CHARLIER, P., RINGELHEIM,  J., « Les lois belges de 2007 et la lutte contre la discrimination : l’épreuve de la pratique », in Sous la direction de Julie Ringelheim (UCL), Ginette Herman (UCL) et Andrea Rea (ULB) , Politiques antidiscriminatoires, Bruxelles, De Boeck, 2015, 101-123
  • CHRISTIANS, L.-L., EL BERHOUMI, M., « De la neutralité perdue à l’exemption du cours de morale », Journal des tribunaux, 2015, pp. 437-447
  • CUYPERS, D., « De Raad van State en religieuze symbolen in het Gemeenschapsonderwijs », R.W. 2014-15, liv. 21, 802 et http://www.rw.be/ (29 janvier 2015)
  • DE CLERCQ, M., « Enkele aandachtspunten omtrent de vervreemding van religieus patrimonium », R.R.S., 2014/1, p. 61-80
  • DE SMET, Fr., Aux origines théologiques de la souveraineté: Essai sur les sciences sociales et politiques, Bruxelles, EME, 2015
  • DELGRANGE, X., « Le sort du cours de morale activisme juridictionnel c. attentisme politique, Commentaire sous CC 12 mars 2015, n°34/2015″, Administration publique, 2015
  • DELGRANGE, X., « Les cours de philosophie, les cours philosophiques et les droits de l’homme », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015,  91-117
  • DUMONT, H., « Cours de religion ou de morale non confessionnelle : les limites de l’alternative constitutionnelle et les pistes pour en sortir », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015,  117-145
  • ECHALLAOUI, S., » Le cours de religion islamique au sein de la Fédération Wallonie‐Bruxelles : organisation, contenu et éducation à la citoyenneté », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 201-211
  • EL BERHOUMI, M., VANCRAYEBECK, L., « Titre 5 – La neutralité de l’enseignement officiel » in Droit de l’enseignement, Bruxelles, Bruylant, 2014, p. 87-108
  • GALAND, P., « Pour la défense de la laïcité en Belgique et en Europe » in  Jean Baubérot, Micheline Milot, Philippe Portier (dirs), Laïcité, laïcités. Reconfigurations et  nouveaux défis (Collection 54), Fondation MSH , 2015
  • GERGELY, Th., « Quels cours pour quelles religions ? » in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 195-199
  • HUSSON, .-F., «  La libre-pensée, une religion comme une autre ? Financement public et gestion de la pluralité religieuse et philosophique en Belgique ».. In: Lamine, Anne-Sophie, Quand le religieux fait conflit. Désaccords, négociations ou arrangements (Sciences des religions), Presses universitaires de Rennes: Rennes, 2014, p. 47-60
  • HUSSON, J.Fr., MANDIN, J., MARTINIELLO, M., Etude de faisabilité en vue de la création d’un institut public d’étude de l’islam (IPEI), Rapport final, CEDEM, Université de Liège, 2014, 173 pp.
  • JUDO, F., « Waarschuwen en geraadpleegd worden – of net iets meer ? Welke rol kan een overheid spelen in het beheer van religieus onroerend patrimonium ? », R.R.S., 2014/1, p. 17-32
  • LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 245 pp.
  • LIEVENS, J., Algemeen hoofddoekenverbod? Een no GO! Juristenkrant 2014, liv. 297, 15
  • LIEVENS, J., VRIELINK, J., « De Raad van State over het ‘hoofddoekenverbod’ in het Gemeenschapsonderwijs: een kentering inzake kentekens », T.J.K. 2015, liv. 1, 84-93
  • LIEVENS, J., VRIELINK, J., « Symbolenstrijd. De Raad van State en religieuze kentekens in het (Gemeenschaps)onderwijs », TORB, 2014/ 3 p. 4-15
  • LOOBUYCK, P., « L’enseignement de la religion et de la morale dans la Constitution vu de Flandre : réflexion critique et proposition constructive » in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015,  169-187
  • LOOBUYCK, P., SÄGESSER, C, Le vivre-ensemble à l’école. Plaidoyer pour un cours philosophique commun, Bruxelles, ed. CAL, (Espace de libertés, 2014).
  • MACHON, L., « Waardebepaling van kerkelijk vastgoed, zonde of zegen ? », R.R.S., 2014/1, p. 33-59
  • MALISOUX, J., « Le Conseil consultatif des cours philosophiques : fonction, rôle et missions », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 75-81
  • MARTENS, K., « Kerkelijk onroerend erfgoed en de kerkjuridische spelregels », R.R.S., 2014/1, p. 3-16
  • MARTIN, J.-P., « Laïcité belge, laïcité française : deux usages d’une même notion », in  Jean Baubérot, Micheline Milot, Philippe Portier (dirs), Laïcité, laïcités. Reconfigurations et  nouveaux défis (Collection 54), Fondation MSH , 2015
  • MESSNER, F.,  « Introduction » in MESSNER, F. (dir.), Public authorities and the training of religious personnel in Europe, European Consortium for Church and State Research, Madrid, Ed. Comares, 2015, sp. pp. 1-7
  • OVERBEEKE, A., « De keuze voor levensbeschouwelijk onderricht in oficiële scholen in de Franse Gemeenschap beoordeeld door het Grondwettelijk Hof », TORB, 2014/4, 18-28 (2015)
  • PIRAUX, P., «  Le cours de morale non confessionnelle. Un cours de philosophie pour tous : devoir de réserve et liberté pédagogique », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 189-195
  • RAINOTTE, G. « Un point de vue protestant », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 211-215
  • RENUART, N., « Brevet de conventionnalité pour l’interdiction du port du voile intégral dans l’espace public. Commentaire de l’arrêt de Grande Chambre rendu dans l’affaire S.A.S. contre France (1er juillet 2014) », CDPK, 2014, p. 440-450.
  • SÄGESSER,  C.« Le financement public des communautés convictionnelles en Belgique et au Grand-duché de Luxembourg », in Il finanziamento pubblico delle Chiese: sguardi incrociati tra Svizzera ed Europa (dir. V. PACILLO), Atti del Convegno, Lugano, 13-14 settembre 2012, Ed. Eurpress-FTL, 2014, p. 55
  • SÄGESSER, C., «  Vers une adaptation de l’enseignement de la religion et de la morale au paysage convictionnel du 21e siècle ? », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015  33-51
  • SCHREIBER, J.-Ph., La Belgique, Etat laïque… ou presque. Du principe à la réalité. Bruxelles, Bruxelles, Espace de Libertés, Editions du CAL (2014), 152 pp.
  • TOURY, J., « Onteigeningen anno 2014 : dan toch maar liever met een gerechtsdeurwaarder die naar de zondagsmis gaat », R.R.S., 2014/2, p. 99-109
  • TUERLINCK OTTEN, P., «  Le cours de religion catholique »,  in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 199-201
  • UYTTENDAELE, M., « Liberté, neutralité, impossibilité » in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015,  145-169
  • VAN BUNNEN , L., « Conférences — Les droits de l’homme, nouvelle religion d’État? », J.T. 2015, liv. 6588, 47 et http://jt.larcier.be/ (13 janvier 2015)
  • VELAERS,  J.« La révision du titre II de la Constitution « des Belges et de leurs droits » : une mission pour le législateur constitutionnel et peut-être aussi pour la Commission de Venise », R.B.D.C., 2014/3-4, p. 449-460
  • VERSTEGEN, R., « De lange weg van de nietconfessionele zedenleer. Overwegingen bij het arrest van het Grondwettelijk Hof nr. 34/2015 van 12 maart 2015″, TORB, 2014/4, 78-85 (2015)
  • WARNEZ, B., « Schoolverbod op religieuze tekens mag alleen bij mogelijk conflict », Juristenkrant 2014, liv. 297, 1
  • WOLFS, L., RAES, N., « Les cours de religion et de morale non confessionnelle et leurs alternatives. Le débat en Belgique francophone : mise en perspective internationale », in LECLERCQ, J. (dir.), Morale et religions à l’école ? Changeons de paradigme, Empreintes philosophiques n°9, Louvain, PUL, 2015, 13-33


12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus